L’examen de nos clichés radiographiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2020 (page 65-66)

Fig. 1 - Téléradiographie de profil de début de traitement.

Information dentaire
Un traitement d’orthodontie, quel qu’il soit, va forcément de pair avec un cliché panoramique et une téléradiographie de profil. Si bien qu’aujourd’hui, un bon nombre de praticiens possèdent leur propre appareil radiographique. En tant que professionnels de santé, nous avons la responsabilité de nos traitements. Mais qu’en est-il de l’interprétation des clichés radiographiques ?

Difficile de se borner à la partie sous-nasale qui nous concerne. Et pourtant, focalisés sur la recherche d’éléments diagnostiques essentiels à l’orthodontie comme la classe squelettique, le schéma facial ou encore la position de l’incisive mandibulaire, est-on sûr de ne pas passer à côté d’autre chose ?

Présentation du cas clinique

Un patient âgé de 26 ans consulte pour améliorer son sourire, qui montre des espaces qu’il souhaiterait fermer. La situation clinique est compliquée par la présence d’implants maxillaires déjà en place.

Après examen clinique, des photographies, des moulages, un panoramique et une téléradiographie de profil sont réalisés (fig. 1). Le traitement n’est pas simple mais le patient est motivé.

Après un an de traitement, une réévaluation est faite. De nouveaux clichés sont réalisés sur un nouvel appareil radiographique fraîchement installé (fig. 2). Les clichés obtenus sont de meilleure qualité et plus contrastés.

Des clichés insuffisamment lus

À l’examen de ces nouveaux clichés, une image radiologique de type « masse ronde » en regard des orbites se détache nettement. Immédiatement remontent mes souvenirs de cours de radio de l’examen du CECSMO. On nous apprenait à regarder la selle turcique et à reconnaître une tumeur. Une intime conviction s’impose : mon patient a une tumeur…

Je retourne immédiatement vers les premiers clichés avant traitement : l’image radiologique de la masse était déjà là !

Je suis passée à côté. Je m’en veux terriblement !

Le volume semble identique, ce qui me rassure néanmoins sur le caractère peu évolutif. Je consulte sa fiche médicale, mais aucun problème de santé n’est mentionné.

Brainstorming et entraide

Habituée à partager mes interrogations et mes expériences cliniques avec un petit groupe d’amis sur l’application whatsApp, je prends une photo de mon écran et l’envoie…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Débaguage et polissage

Questions Quelles sont les étapes du nettoyage ? Quels sont les risques pour l’émail lors du débaguage ? Existe-t-il une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Le sens du geste : Les gouttières d’éclaircissement dentaire

Il faut souvent bien des mots pour expliquer une technique, un tour de main ou un geste clinique. Pourtant, l’observation...
ODF

Article réservé à nos abonnés la fabrication des fils de contention en collage indirect

Dans un premier temps, les empreintes sont coulées avec du plâtre blanc, taillées jusqu’aux premières molaires, et identifiées, au crayon...
ODF

Article réservé à nos abonnés La normalisation des fonctions : condition de la stabilité des traitements orthodontiques

Les fonctions oro-faciales regroupent la mastication, la ventilation, la posture et la fonction linguale, les tics et parafonctions (comme la...
ODF

Article réservé à nos abonnés La BD, un outil percutant en orthodontie

Le 24 avril, Jour 39, la FFO nous envoie… Vingt-et-une pages de recommandations ! J‘établis une liste des consignes à...
ODF Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Enfant patient parodontal

L’enfant est-il à risque de maladie parodontale ? Il existe une susceptibilité plus faible au développement de l’inflammation gingivale chez...