L’extraction avec implantation immédiate en secteur antérieur est-elle plus accessible à l’omnipraticien en 2022 ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°41 - 23 novembre 2022 (page 36-43)
Information dentaire

Au cours des vingt-cinq premières années de l’implantologie, la pose d'implants basée sur le concept d’ostéointégration [1]était réalisée dans des sites cicatrisés de patients complètement édentés. Aujourd’hui, la pose d’implants de manière immédiate ou précoce en secteur esthétique s’est largement démocratisée, permettant d’optimiser les résultats esthétiques tout en diminuant les temps de traitement [2].

Objectifs de la thérapeutique

L’objectif principal de la thérapeutique implantaire dans la zone esthétique est d’obtenir un résultat avec une prévisibilité élevée et un faible risque de complication. Des études cliniques ont indiqué que des altérations tissulaires peuvent être observées après de nombreuses années.

Les objectifs secondaires sont de réduire le nombre d’interventions chirurgicales, de limiter les suites post-opératoires et d’optimiser le traitement sur une courte période de cicatrisation. Il est important de noter que ces objectifs secondaires ne doivent pas compromettre les résultats esthétiques.

Par conséquent, le clinicien doit examiner attentivement le profil de risque du patient et les conditions anatomiques. Le plan de traitement doit être conduit avant l’extraction dentaire, puisque cet acte fait partie intégrante de la thérapeutique. Outre les facteurs de risque médicaux et les habitudes telles que le tabagisme, l’anatomie locale est primordiale pour le choix de l’option de traitement. Ainsi, une tomographie est le plus souvent utilisée pour évaluer les détails de l’anatomie locale.

Timing d’implantation

Lorsque le pronostic d’une dent en secteur esthétique est compromis, la solution implantaire est devenue fréquente. Le timing d’implantation [3] offre quatre options de traitement (fig. 1) en fonction de l’analyse clinique et radiographique préopératoire :

– Type 1 : la mise en place de l’implant se fait dans l’alvéole immédiatement après l’extraction et fait partie de la même procédure chirurgicale ;

– Type 2 : l’implantation précoce est réalisée 4 à 8 semaines après extraction. Le site présente une fermeture complète des tissus mous et une cicatrisation osseuse partielle ;

– Type 3 : l’implantation différée est réalisée 12 à 16 semaines après extraction. Le site présente une fermeture des tissus mous et une cicatrisation osseuse…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Le défi de l’implant sous-sinusien

Responsable scientifique : Julien Mourlaas Intervenants : Frédéric Chamieh, Alexandre Dagba Proposée initialement par Tatum en 1977, reprise par Boyne...
Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés La régénération osseuse guidée en implantologie : une approche revisitée après trente ans d’expérience

Remaniements tissulaires post-extractionnels L’extraction d’une dent déclenche une série de modifications des tissus environnants [1]. Il existe un affaissement du...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Bridge cantilever sur implant unitaire, une alternative au remplacement de l’incisive latérale : raisons et mise en œuvre clinique

Dans le cadre de cet article, nous allons évaluer la viabilité des implants supportant une extension cantilever afin de remplacer...