Réhabilitations maxillaires complètes de grande étendue

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°32 - 25 septembre 2019
Information dentaire

Par Jean-Pierre Gardella, Théo Fassy, Savino Timour, Hugo Gherci

Les réhabilitations globales représentent un enjeu majeur pour le praticien, tant sur le plan esthétique que fonctionnel. Les possibilités thérapeutiques en implantologie étant aujourd’hui nombreuses, il convient d’analyser en amont un certain nombre de paramètres afin de choisir la solution la plus adaptée à chaque patient :

- bridge sur implants (titane, zircone) ou prothèse amovible complète supra-implantaire (PACSI) ?

- émergence naturelle ou fausse gencive ?

- nombre d’implants ?

Autant de questions qui guident le choix du praticien…

À travers deux cas cliniques, cet article va se focaliser sur les réhabilitations complètes fixes implanto-portées et distinguer :
– les patients résorbés chez qui l’utilisation d’une fausse gencive est impérative et la gestion des tissus durs et mous moins compliquée à gérer ;
– les patients peu résorbés chez qui l’émergence naturelle de la restauration d’usage impose un certain nombre de paradigmes à respecter pour en assurer le succès et la pérennité.
Afin de déterminer dans quel cadre nous nous situons, un examen clinique complet (esthétique et fonctionnel) est un prérequis indispensable. Il repose sur l’évaluation de trois risques majeurs : mécanique, biologique et esthétique.

Évaluation du risque mécanique
• Arcade antagoniste : bridge sur implant titane-résine ? Bridge sur implant zircone-céramique ? Prothèse amovible complète ? Prothèse amovible complète sur implants (PACSI) ? Denture naturelle réhabilitée ou non ?
• Âge du patient.
• Articulation temporo-mandibulaire ? Espace prothétique disponible ? Dimension verticale d’occlusion ?

Évaluation du risque esthétique
• Évaluation du bord libre incisif par rapport à la lèvre supérieure ? Couloir prothétique ?
• Ligne du sourire ? Recouvrement gingival ? Ligne inter-incisive ? Demande du patient ? Taille des dents (distance mésio-distale) ?
• Soutien de la lèvre ? Plan d’occlusion ?

Évaluation du risque biologique
• Santé générale ?
• Statut parodontal ?
• Quantité de tissus mous et durs ?
• Hygiène ?
• Raison de la perte des dents ?

Cette analyse préopératoire est nécessairement confrontée à un montage directeur et un wax-up diagnostique qui présentent les intérêts suivants :
– guider la chirurgie implantaire (entraxe, position, nombre d’implants) ;
– gérer les paramètres esthétiques et fonctionnels des prothèses transitoire et d’usage (DVO, taille et forme des dents, fausse gencive…).

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Le soulevé sous-sinusien crestal avec un matériau associant xénogreffe et collagène

Le principe Également appelé « sinus lift », le soulevé de sinus est la technique par laquelle la membrane sinusienne est élevée...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Implants zygomatiques et sinus

Étiopathogénie et fréquence L’analyse de la littérature scientifique montre des taux de sinusites variables, de 0 à 30 % selon les...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Les complications de la chirurgie préimplantaire sinusienne : diagnostic et principes du traitement

L’implantologie moderne consiste en la mise en place d’une racine artificielle en titane au sein des maxillaires dans le but...
Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Contre-indications en implantologie et attitudes concernant les patients à risque

Risque infectieux Le risque infectieux est multifactoriel, et certains paramètres permettant de le moduler, comme l’amélioration des conditions opératoires (antisepsie...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation implantaire secteur postérieur mandibulaire et ROG

La question Il s’agit d’évaluer, selon la situation clinique, la pertinence du recours à la technique de la régénération osseuse...