L'Information Dentaire n°5 - 5 février 2020

9,00

UGS : ID A02005 Catégorie :
Feuilleter les premières pages

Description

Éditorial
Soins et argent… – Lire ci-dessous
Michel Bartala

Actualités

Revue de presse
Lasers et dépose de restaurations tout céramique – Pascal De March

Actualité hebdo
Nicolas Fontenelle

Se former

Panorama clinique de nos publications

Coiffage pulpaire direct, pulpotomie, pulpectomie : où en sommes-nous en 2020 ? I Lire >
Tchilalo Boukpessi, Maxime Drossart, Fleur Bérès, Nelly Pradelle

Ingénierie tissulaire en odontologie. Les biomatériaux de régénération osseuse en chirurgie parodontale et implantaire I Lire >
Xavier Struillou, Pauline Chichiricco, Gildas Rethore, Assem Soueidan, Pierre Weiss

Le projet esthétique 3D : la voie du futur I Lire >
Luc Quarré, Jean-Marc Faudi, Olivier Etienne

Restauration prothétique fixée dans l’enfance : les couronnes pédiatriques en zircone I Lire >
Serena Lopez-Cazaux

Recouvrement antérieur et abrasions sévères : traitement par prothèse composite I Lire >
Estelle Schittly

Évasions hivernales

  • Découvrir un artiste, rêver devant une œuvre, danser sur des rythmes endiablés, partager un moment d’émotion avec vos enfants… Découvrez notre sélection d’événements culturels pour enchanter l’hiver !
  • Quatre expositions, entre France et Suisse, pour viser les sommets… Thierry Leroux

Edito

Soins et argent…

Contraste étonnant au journal télévisé de 20 heures : les rues totalement vides de la ville chinoise de Wuhan suite à l’apparition du coronavirus et les rues pleines de monde en France suite aux réformes des retraites et de la crise hospitalière. À l’heure, où j’écris ces lignes, l’évolution en France de ce coronavirus est réduite à quelques cas. Mais au vu de la rapidité de la contamination en Chine, avec un nombre de décès s’alourdissant, il convient de rester prudent, même si les spécialistes interrogés indiquent qu’il n’y a pas de raison de paniquer. Lors de ce type d’évènement, on constate d’ailleurs à chaque fois que notre service de santé est réactif, preuve, s’il en était besoin, de la compétence globale de notre médecine.

Les médecins, des chefs de service aux internes, les infirmières et tous les personnels de santé assurent le bon fonctionnement hospitalier pour nous permettre à tous d’être en bonne santé. Le pourront-ils encore longtemps ? Le vacarme assourdissant généré par la réforme des retraites, avec la puissance de blocage des protagonistes, a rendu moins audible le mal hospitalier. La prise en main du service de santé par des agents comptables a gommé une bonne partie de la ligne « soins de l’humain ». On traite des cas, on supprime des lits et on dresse le bilan chiffré des entrées et des sorties, là où les soignants ont vu des malades, qu’ils ont traités, leur permettant de regagner leur foyer. Non, je ne néglige pas l’aspect financier d’une activité de soin, car, oui, j’ai conscience du coût et de la nécessaire rentrée d’argent. Mais dans le soin, quand la rentabilité l’emporte sur l’humanité, le patient est en danger. Le financier est souvent associé au papier. Ce poids administratif pèse sur le raisonnement médical, le parasitant, l’éloignant du raisonnement premier : bien soigner.

Dans un raccourci rapide, c’est ce que nous vivons désormais dans nos cabinets, davantage de papier, davantage de contraintes pour moins de temps à consacrer à l’essentiel : nos patients.

Michel Bartala, Rédacteur en chef