Applications de santé mobiles : comment les classer, lesquelles retenir ?

  • Par
  • Publié le .
Information dentaire
Il existe plus de 300 000 applications mobiles santé. Mais rares sont celles qui répondent à un réel besoin, permettent de gagner du temps, et bénéficient d’une validation en tant que dispositif médical, voire du remboursement par la Sécurité sociale. Comment classer les applications ? Lesquelles retenir ? Faisons le point.

Les applications mobiles doivent leur succès à l’imagination de Steve Jobs. Sans le lancement par Apple de  l’iPhone en 2007, de « l’app store » en 2008, puis de l’iPad en 2010, proposés peu après pour le système Android, les applications mobiles ne seraient pas les outils ubiquitaires qu’elles sont devenues. Le succès a été au rendez-vous non seulement parmi le grand public, mais aussi chez les professionnels, dont ceux de santé. Les smartphones et tablettes, très pratiques, sont désormais les outils indispensables du praticien connecté, grâce aux applications mobiles professionnelles et grand public qu’elles contiennent.

Le défi pour les praticiens est de repérer les applications validées, qui répondent à un réel besoin, et qui permettent de gagner du temps. Sur les plus de 300 000 applications en santé, très peu survivent à ce triple filtre et peu sont aussi ergonomiques que les applications grand public tout-venant.

Les applications transverses

Parmi les applications mobiles les plus utilisées par les professionnels de santé figurent les app grand public. Celles qui appartiennent à Facebook et à Google dominent largement l’offre mobile. Facebook propose WhatsApp, Messenger et Instagram, et Google, de son côté, détient Google Maps, YouTube, Google Play, Utilisé en 2019 par 450 millions de personnes par mois dans le monde, WhatsApp est très populaire en France, y compris entre professionnels de santé, même si cette application ne permet pas l’échange sécurisé d’informations médicales.

Une start-up, TeamDoc, créée par un interne en anesthésie-réanimation, propose une application mobile sécurisée qui a pour but de remplacer l’usage que font les professionnels de WhatsApp. La conception de TeamDoc est faite par une équipe qui connaît bien la vie quotidienne des professionnels de santé, aussi bien à l’hôpital, en clinique qu’au cabinet.

Le Vidal est également apprécié de manière transversale. Selon le président du Groupe Vidal, le Dr Vincent Bouvier, que nous avons interrogé en avril 2020, « 153 000 médecins français sont inscrits à l’un de [nos] services et c’est un chiffre sous-estimé car les hospitaliers n’ont pas besoin de s’inscrire individuellement. Les chirurgiens-dentistes sont de l’ordre de 10 000 à être abonnés et les pharmaciens 30 000 ». Il ajoute que « 100% des services du Vidal sont digitaux et payants sous forme d’abonnement. L’accès au site grand public étant gratuit, 5 millions de visiteurs uniques s’y rendent chaque mois ».

Medpics permet de découvrir, de commenter, et de partager des cas entre professionnels grâce aux photos publiées qu’ils publient. Medpics s’applique donc à de nombreuses spécialités.

Doctolib figure en haut du nombre d’abonnés d’une application grand public en santé, car il donne au patient la possibilité, à tout moment, d’identifier un professionnel disponible et de réserver un rendez-vous, sans devoir téléphoner, et ce, pendant les heures ouvrables. Doctolib est également l’une des plus importantes plateformes de téléconsultation.

Tout praticien peut recommander les deux applications suivantes, destinées à aider quelqu’un en situation d’urgence.

Urgences Chrono doit son existence à une ancienne urgentiste installée comme médecin généraliste dans une commune de 700 personnes du Midi. Cette application géolocalise l’utilisateur et lui indique les lieux d’accueil potentiels pour son urgence ainsi que la distance, les délais d’attente et les horaires.

Urgence-Dentaire.Info  est une web-application visible sur mobile, mise au point et proposée par les Chirurgiens-Dentistes de France. Cette application permet au patient, à l’aide d’un questionnaire dispensé par un agent conversationnel, de mieux identifier et gérer une urgence dentaire.

Smokecheck mérite d’être recommandé par les praticiens à tous leurs patients fumeurs. C’est une application de dépistage du cancer et de la bronchopneumopathie chronique obstructive chez les fumeurs. Un auto-questionnaire en 13 items alerte le patient de la nécessité de consulter, et son concepteur, le Dr Denis, oncologue, confirme que le nombre de patients porteurs de poumon symptomatique mais opérables a été augmenté significativement, grâce à l’application

Des applications dentaires pour les jeunes

Mon Coach Ortho accompagne l’enfant et les parents pendant un traitement orthodontique afin de renforcer l’adhésion au traitement. L’UFSBD a participé à sa réalisation.

Pokemon Smile est une toute nouvelle application pour enfant, accessible en France depuis juin 2020, mais pas encore traduite en français. Très ludique, cette application encourage l’enfant à bien brosser toutes les zones de la bouche. Des personnages Pokémon accompagnent l’enfant qui observe son propre brossage sur l’écran vidéo d’un téléphone tenu par un parent.

Des applications remboursées

Si l’une des difficultés est d’assurer la validité d’une application avant de la recommander, son remboursement par la Sécurité sociale est considéré comme un gage de sécurité. Malheureusement, le remboursement des applications mobiles est encore rare, car le recueil des éléments de preuve demandés peut prendre plusieurs années.

Dans l’univers du diabète, l’application Diabeo se distingue non seulement par son marquage CE, mais aussi par son statut de dispositif remboursé. Diabeo est utilisée en liaison avec Insulia, également un dispositif médical dédié au diabète. Cette application aide les patients à « mesurer leur glycémie et à doser leurs injections d’insuline, sur la base d’algorithmes qui intègrent les paramètres et les objectifs spécifiques du patient, configurés par son médecin ».

Moovcare, conçu par le Dr Fabrice Denis, oncologue, est une autre application dont les résultats cliniques significatifs ont été reconnus par le remboursement après sept ans d’étude. Cette application, visible sur son navigateur web, permet de dépister plus précocement les éventuelles récidives des patients précédemment traités pour un cancer du poumon.

Les applications nées avec la Covid-19

En France, l’apparition de la Covid-19 a requis l’invention de nouvelles méthodes, de nouvelles solutions permettant de mieux gérer une maladie inconnue et un afflux soudain de patients. Grâce à la créativité des professionnels, de nombreuses applications mobiles médicales ont vu le jour en un temps record.

Ci-dessous, un échantillon d’applications, soit pour professionnels seuls, soit pour relier professionnels et patients.

  • Covid Moi un Lit est dédiée aux urgentistes et réanimateurs impliqués dans la prise en charge de malades Covid-19 nécessitant des soins de réanimation. Les informations sont issues du terrain et disponibles en temps réel sans les filtres administratifs habituels.
  • Covid-Rea, une nouvelle rubrique de TeamDoc, donne au professionnel « une communication sécurisée avec un réanimateur référent d’astreinte 24h/24, une aide à l’orientation des patients et l’accès à une documentation ciblée ».
  • Opérationnelle depuis le 9 mars, 2020, Covidom [1] est une application proposée par l’APHP à Paris et à Marseille, qui permet aux « patients porteurs ou suspectés d’être atteints de la Covid-19 sans signe de gravité de bénéficier d’un télésuivi à domicile via des questionnaires médicaux proposés une ou plusieurs fois par jour, en complément de mesures de confinement ».
  • Lifen Covid est une application de suivi à distance des patients atteints du Covid-19, pour les établissements et les praticiens libéraux.
  • CoviDIAB, un programme national d’information et d’accompagnement, a été mis au point par l’APHP, la Fédération des Services Hospitaliers de Diabétologie et le Centre de Responsabilité de Santé Connectée de l’APHP. Cette application s’adresse à des patients confinés présentant un diabète.
  • Cureety [2] s’adresse aux personnes qui ont déjà été hospitalisées et qui présentent une pathologie chronique complexe, comme le cancer. A la suite d’une adaptation, la plateforme s’adresse également à des patients dont l’infection par le coronavirus est suspectée ou avérée.

Cette visite rapide de l’univers des applications mobiles en santé nous confirme, si besoin est, que l’usage des applications mobiles en France se développe lorsqu’elles apportent des réponses très précises, pratiques, et scientifiquement validées. Nous invitons nos lecteurs à nous faire part des applications qu’ils ont testées avec succès. Nous serons heureux de rendre service à tous, en les présentant dans des articles futurs.


Denise Silber, pour l’Espace du Praticien Connecté

[1] https://www.aphp.fr/actualite/covidom-une-solution-de-telesuivi-domicile-pour-les-patients-porteurs-ou-suspectes-covid

[2] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/l-application-de-suivi-du-cancer-cureety-s-est-adaptee-au-coronavirus-6802959

Cet article est extrait du livre blanc : Le Praticien connecté

Toutes les clés de la santé digitale au service de votre pratique et de vos patients, au travers de définitions, de cas concrets, d'interviews de praticiens, de recommandations juridiques.

Télécharger le livre blanc >

Commentaires

Laisser un commentaire

À propos

Sous l'égide de
Avec le soutien institutionnel de l'UNIM