Témoignage d’un praticien triplement connecté, le Dr Thibaud Casas

  • Par
  • Publié le .
Information dentaire
Le Docteur Thibaud CASAS, chirurgien-dentiste, diplômé de la faculté de Chirurgie Dentaire de Nantes, dirige un cabinet dentaire à Orvault, à quelques kilomètres. Il est référent, formateur et conférencier dans les technologies numériques appliquées à la chirurgie et à la prothèse dentaire. Il a fondé le groupe Facebook WorkFlows et détaille sa stratégie numérique pour nos lecteurs.

On peut dire de vous que vous êtes un praticien triplement connecté. Pouvez-vous nous expliquer ?

En effet, je suis connecté avec mes confrères par les réseaux sociaux, connectés avec les laboratoires de prothèse par nos logiciels métier, et connectés avec mes patients par la communication digitale. 

  • Commençons par les laboratoires. Nous n’avons jamais été aussi proches que depuis que nous sommes digitalisés. C’est un échange permanent. Nous leur transférons toutes les données numériques collectées lors de la consultation : empreintes optiques, numérisations faciales, imagerie radiographique 3D, planification implantaire, planification du sourire, simulation de photo réalité. Avant, les laboratoires travaillaient sur des modèles. Maintenant, nous leur fournissons un véritable « patient virtuel ». Nous allons jusqu’à leur transmettre l’enregistrement dynamique de l’occlusion du patient.
  • Concernant  les patients, nous partageons avec eux les plans de traitement et des simulations de traitement qu’ils peuvent corréler avec les devis. Cela leur permet de réfléchir et de véritablement mettre des images sur le jargon technique de notre métier.
  • Concernant l’échange avec les professionnels, avant il fallait aller aux congrès et rencontrer les confrères un par un. Aujourd’hui, les réseaux sociaux apportent une formidable plateforme de partage de cas cliniques et d’échange. C’est très puissant, car certains groupes sur Facebook regroupent plusieurs milliers, voire des dizaines de milliers de praticiens. Les confrères se donnent plus facilement des conseils qu’avant. Un praticien peut avoir une réponse à sa question en quelques heures, voire quelques minutes. Cela crée énormément de lien et améliore les échanges.

Pourquoi avez-vous surtout retenu Facebook comme moyen d’échange avec vos confrères ?

Des quatre principaux réseaux sociaux, Facebook me semblait le plus adapté. LinkedIn est à mon sens plus orienté business. Instagram est utilisé par certains chirurgiens-dentistes et par de nombreuses professions médicales pour montrer ce qu’ils font ;  c’est plus une vitrine qu’un lieu d’échange. Twitter n’est pas non plus adapté à l’échange en groupe.

Concernant Facebook, j’avais déjà un compte personnel avec de nombreux contacts dont beaucoup de confrères et j’adhérais à plusieurs groupes. Lorsque j’ai créé le groupe WorkFlows, nous avons rapidement atteint les 9 000 – 10 000 praticiens. Ce sont majoritairement des francophones, mais, grâce à la traduction instantanée des publications, nous accueillons de plus en plus de confrères non francophones.

Quelles sont les activités de votre groupe Facebook ? Comment est-il géré ?

Je suis épaulé par un confrère chirurgien-dentiste et un ami prothésiste. La modération est aussi beaucoup faite par les utilisateurs. Ils n’hésitent pas à signaler des contenus considérés comme publicitaires. Quand il n’y a pas de valeur pour le groupe, le contenu est supprimé, et il n’y a pas trop d’abus.

Pendant le confinement, nous avons organisé pas loin de cinquante conférences virtuelles gratuites, avec comme intervenants des grands noms de la dentisterie française et internationale, mais aussi des conférenciers moins connus, tout aussi passionnants ! Cette période du confinement a été propice pour mettre ces programmes sur pied, car je manque cruellement de temps au cours de l’année.

Depuis la reprise, nous proposons entre deux et quatre événements par mois en live sur notre groupe. J’ai à cœur de laisser disponible les replays de l’ensemble des conférences passées. Le 18 septembre, nous organisons un premier évènement présentiel, avec un Facebook live dans la matinée diffusé sur le groupe. Ce sera à La Baule et nous parlerons de l’enregistrement de la cinématique mandibulaire avec le système ModJaw.

Dans le courant de l’année, nous allons inviter d’autres professions qui réfléchissent aux mêmes problématiques : des chirurgiens plasticiens, des architectes, des photographes. 

La gestion du groupe me prend de quelques heures à plusieurs dizaines d’heures par mois en fonction des évènements.

Quelle est la stratégie du site web de votre cabinet ?

Le site web actuel est assez simpliste ; je l’ai réalisé moi-même. Il contient des informations d’ordre général, mais elles ne sont pas assez poussées. Néanmoins, les statistiques me confirment ce que me disent les patients. Ils regardent l’information que nous leur mettons à disposition.

C’est pourquoi  j’ai confié une refonte totale du site à une société spécialisée. La nouvelle version va détailler les traitements et techniques, pour que le patient puisse retrouver les différentes étapes cliniques plus facilement. Il sera plus clair. L’information sera plus accessible et mieux connectée avec les réseaux sociaux et les solutions de prise de rendez-vous en ligne. 

Un  système de QR code va être mis en place pour permettre aux patients de charger des pages web qui expliquent le contenu de leur devis, donnent des conseils sur des problématiques spécifiques, etc. Par exemple, avant une chirurgie implantaire, le patient pourra visualiser les étapes cliniques, télécharger les conseils pré- et post-opératoires, mais aussi son dossier de consentement qu’il nous remettra signé.

Actuellement, les patients peuvent déjà nous contacter via notre site, soit par un formulaire, soit par un système de discussion instantanée. Le message écrit dans le chatbot apparaît immédiatement sur mon téléphone. Pendant le confinement, les patients inquiets pouvaient me contacter directement ainsi, c’est un outil qui a été très apprécié.

Nous souhaitons tout faire pour faciliter la communication et l’information entre le patient et notre équipe, c’est l’enjeu majeur de cette fin 2020 pour le cabinet.

Commentaires

Laisser un commentaire

À propos

information dentaire Sous l'égide de L’Information dentaire
Avec le soutien institutionnel de l'UNIM