REALITES CLINIQUES Vol. 30 n° 2 – Juin 2019 Anomalies des tissus durs de la dent

60,00

UGS : REV60119N2 Catégorie :

Description

Anomalies des tissus durs de la dent

Numéro coordonné par François Clauss.

Modèles animaux : modélisations précliniques des maladies rares des tissus dentaires minéralisés >> Lire

Virginie Laugel-Haushalter, Alexandra Jimenez Armijo, José Tomas Ahumada, Supawich Morkmued, Karen Niederreither, Agnès Bloch-Zupani

Les amélogenèses et dentinogenèses imparfaites : classifications clinico-moléculaires, aspects histologiques, cliniques et radiologiques >> Lire

Zoé Prud’homme, Benjamin P. Fournier, Muriel de La Dure-Molla

Les formes syndromiques d’anomalies de structure amélaire >> Lire

Sophie Jung, François Clauss, Agnès Bloch-Zupan, Marie-Cécile Manière

Restauration prothétique fixée dans l’enfance : les couronnes pédiatriques en zircone >> Lire

Serena Lopez-Cazaux

Approche moderne de la réhabilitation prothétique fixée des amélogenèses et dentinogenèses imparfaites de l’enfance à l’adolescence >> Lire

Olivier Etienne, Élise Pilavyan, Cyril Pérez, Béatrice Walter

Spécificités de la prise en charge orthodontique des amélogenèses imparfaites >> Lire

Claire Pernier, Coline Simeoni, Stéphane Viennot, Jean-Jacques Morrier

La prise en charge des sensibilités et douleurs associées aux anomalies de structure amélaire chez l’enfant >> Lire

Isabelle Blanchet, Ariane Camoin, Corinne Tardieu

Anomalies de la structure ostéo-dentaire et réhabilitations implantoprothétiques >> Lire

Leonor Costa Mendes, Frédéric Vaysse, Luc Raynaldy

Éditorial

Les anomalies des tissus durs dentaires, qu’elles soient congénitales ou acquises, constituent un groupe hétérogène et large de pathologies nécessitant une approche multidisciplinaire. Les défis pour le clinicien se situent aussi bien sur le versant diagnostique que thérapeutique. Ces pathologies requièrent une importante transversalité et font l’objet de recherches cliniques, précliniques et fondamentales intenses, s’agissant de modèles d’étude pertinents de l’odontogenèse normale et pathologique.

La discussion du diagnostic différentiel entre formes isolées et syndromiques revêt une importance toute particulière, car elle conditionne une orientation éventuelle vers un bilan en génétique médicale visant à exclure toute anomalie systémique associée. Par exemple, face à un tableau clinique d’amélogenèse imparfaite, le clinicien pourra notamment proposer un bilan néphrologique, neurologique ou ophtalmologique.

La prévalence croissante d’une autre forme d’anomalie de structure amélaire, l’hypominéralisation molaire incisive (MIH), est un sujet d’étude et de préoccupation pour les cliniciens et épidémiologistes. La MIH est également un excellent modèle d’étude de l’impact des facteurs polluants environnementaux, des molécules antibiotiques et des perturbateurs endocriniens sur l’amélogenèse. De façon plus large, les mécanismes d’interactions génome-épigénome-environnement peuvent également être mieux appréhendés, notamment à travers la caractérisation des corrélations polymorphismes génétiques-phénotypes.

Sur le plan plus clinique, les réhabilitations conservatrices et prothétiques des anomalies amélaires et dentinaires sont complexes ; elles doivent être mises en place précocement et bénéficient grandement des techniques actuelles de CFAO, que ce soit en cours de croissance ou chez l’adulte. L’objectif de ce numéro spécial est de proposer un large panorama de ces différentes anomalies, et d’aider le clinicien à les diagnostiquer et les prendre en charge.

En vous souhaitant une excellente lecture.