STRATEGIE PROTHETIQUE Vol. 21 n°2 Mars – Avril 2021

35,00

UGS : REV80121N2 Catégorie : Année : 2021Volume : 21Numéro : 2
Feuilleter les premières pages
Vous accédez dès l'achat à la version numérique.

Description

Éditorial

Les internes et jeunes assistants : l’avenir de l’odontologie prothétique
Michel RUQUET, Coordinateur du numéro

Culture

Merveilles et Marseille
Thierry LEROUX

Protocole

Enregistrement analogique de l’occlusion en relation centrée : moderne, efficient, assisté
Gilles LABORDE, Charlotte SANTUNIONE, Luc CHEVÈNEMENT, Charlotte MANSUY

Maintenance et prévention des complications mécaniques des prothèses implantaires
Charlotte MANSUY, Frédéric SILVESTRI, Chloé MENSE, Davys DRAI, Patrick TAVITIAN

Cas clinique

Réhabilitation globale d’une usure sévère par reconstitutions adhésives en céramique
Fanny PRINCE, Laura PASCHEL, Frédéric SILVESTRI, Gérald MAILLE

Réhabilitation maxillaire par prothèse obturatrice
Fanny PRINCE, Léna HAMDAN, Romain LAN, Chloé MENSE

Zoom

Prothèse complète implanto-portée : stratégies de traitement
Michel LAURENT, Camille LAURENT, Charlotte MANSUY, Giancarlo BIANCA

Concept d’arcade courte en prothèse amovible complète
Bernard-Éric PRECKEL, Enzo FERRÉ

Mise au point

Réhabilitation de l’édenté complet par une PACSI maxillaire
Chloé MENSE, Frédéric SILVESTRI, Charlotte MANSUY, Olivier HÜE, Grégory STEPHAN, Patrick TAVITIAN


Edito

Les internes et jeunes assistants : l’avenir de l’odontologie prothétique

L’école de médecine dentaire de Marseille compte environ 600 étudiants en formation initiale ou en spécialités. Malgré sa faible représentativité au sein d’Aix-Marseille Université, de nombreuses réformes ont vu le jour et l’enseignement s’est développé en direction des nouvelles technologies. De nouvelles approches pédagogiques, comme l’apprentissage par compétences, ont été mises en place dans le champ des travaux pratiques et de la formation clinique et seront étendues progressivement à l’ensemble des enseignements. La composante assure également de nombreux CESU et DESU fondamentaux et cliniques.

Pour mettre en adéquation l’enseignement universitaire et la pratique clinique, des services de spécialités ont été créés en juillet 2020 au sein du pôle d’odontologie de l’hôpital de la Timone. Le service de réhabilitations orales que j’ai l’honneur de piloter est l’un d’entre eux. Il a pour vocation de faciliter la prise en charge de traitements complexes et de créer des « ponts » multidisciplinaires avec les autres services de l’odontologie et de la médecine.

Les internes en médecine bucco-dentaire que nous recevons conduisent en toute autonomie chaque étape du traitement de leurs patients en collaboration avec les enseignants de l’ensemble des services réunis en une unité de lieu (le pôle). Les patients qui leur sont confiés sont référés par des praticiens de ville ou d’autres services de médecine lorsque les conditions de complexité, de technique ou de prise en charge médicale nécessitent une compétence particulière en réhabilitations orales.

Ce numéro est pour moi l’occasion de mettre à l’honneur la qualité de nos internes et un niveau d’expertise en fin de formation. La totalité des articles sont le fruit du travail d’internes ou d’anciens internes devenus assistants et jeunes MCU-PH, accompagnés de leurs enseignants référents.

La prothèse complète, sous l’égide de B. Preckel, A. Tosello et M. Laurent, nous conduit à réfléchir aux indications des montages de type arcades courtes et aux stratégies de traitement en prothèse complète implanto-portée. L’équipe de prothèse fixée animée par G. Laborde, M. Laurent et G. Maille présente deux articles autour de la réhabilitation globale des usures sévères et de dispositifs spécifiques et contemporains d’enregistrement de l’occlusion.

La dentisterie implantaire développée par P. Tavitian et G. Stephan associe nos nouveaux MCU associés et assistants pour développer pleinement cette activité chirurgicale et prothétique au sein du service de réhabilitations orales. Deux articles viennent soutenir leur domaine avec le concept actuel de PACSI maxillaire et la problématique de la maintenance et prévention des complications mécaniques des prothèses implantaires.

Enfin, C. Mense et F. Silvestri ont inscrit dans leur projet de jeunes MCU-PH le développement de la prothèse maxillo-faciale en collaboration avec la chirurgie orale, les services de maxillo-faciale et d’ORL. Ils présentent un cas de prothèse obturatrice maxillaire réalisée par une ancienne interne et ouvriront la voie de la CFAO dans ces thérapeutiques.

Les concepts et cas cliniques présentés démontrent la multidisciplinarité exigée par la réhabilitation orale et l’avancée toujours plus passionnante de notre discipline. Plaçons l’avenir de l’odontologie prothétique dans la formation des jeunes et ayons confiance dans leurs capacités à nous renouveler.

Michel Ruquet

Responsable de la sous-section de prothèses.
Faculté des sciences médicales et paramédicales de Marseille, école de médecine dentaire,

Chef du service de réhabilitations orales de l’AP-HM

Vous aimerez peut-être aussi…