Ce que la nouvelle classification des maladies parodontales va changer dans notre pratique quotidienne

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°7 - 19 février 2020
Information dentaire

Nous vous avons proposé dans notre numéro du 29 janvier les comptes rendus de quelques séances marquantes organisées à l’ADF. Nous poursuivons (et clôturons) ce tour d’horizon en abordant trois thèmes : la nouvelle classification des maladies parodontales, les usures et l’édentement antérieur.

Les données acquises de la science ont sensiblement évolué ces vingt dernières années en parodontologie. Il devenait nécessaire d’adapter la classification de 1999 en tenant compte des facteurs majeurs de la maladie parodontale, comme la progression de la maladie, les facteurs de risque associés, ainsi que la nature complexe et individuelle de chaque patient.

 Responsable scientifique : Yves Reingewirtz

Conférenciers : Mariano Sanz Marjolaine Gosset

La classification de 2017 est le fruit d’une longue collaboration internationale de 170 experts, encadrée par l’Académie Américaine de Parodontologie (AAP) et la Fédération Européenne de Parodontologie (EFP). L’objectif de cette actualisation est de diminuer le plus possible les zones grises entre les anciennes catégorisations des maladies parodontales et, en consensus, de reposer les bases de l’état de santé gingivale. Elle hiérarchise les atteintes, de l’état de santé parodontale, à la gingivite et la parodontite ; elle distingue, au sein des deux dernières entités, les formes induites ou non par le biofilm de la plaque dentaire.

Santé gingivale et gingivites induites par la plaque : diagnostic clinique

L’état inflammatoire de la gencive est objectivé par le pourcentage de saignement au sondage, avec un seuil qui a été placé à 10 %, et les notions de parodonte réduit (patients avec des récessions gingivales ou ayant suivi une élongation coronaire par exemple) et de patient avec un antécédent de parodontite ayant été traitée avec succès ont été ajoutées pour que nous puissions adapter et nuancer notre diagnostic par rapport à tous les patients, vis-à-vis d’une pathologie qui touche plus de 70 % de la population adulte mondiale.

Sévérité de la parodontite : stade

En accord avec les données scientifiques des vingt dernières années, la notion de parodontite agressive comme elle était décrite dans la classification précédente, a été supprimée, car, selon les auteurs, rien ne permet de différencier la parodontite chronique et agressive (ni physio-pathologie ni profil génétique spécifique). On peut alors utiliser la même classification de parodontites, qui prend en compte le taux de progression de la maladie et le ratio pourcentage d’alvéolyse/âge comme facteurs descriptifs d’une seule et même…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Lésion blanche : pourquoi rester vigilant ?

Situation clinique Anamnèse. Une patiente âgée de 73 ans est reçue en consultation pour un avis en raison de la...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Effets des vitamines sur le parodonte et les maladies parodontales : une revue narrative des études cliniques

Les parodontites sont des pathologies inflammatoires multifactorielles, résultant d’un déséquilibre entre les défenses de l’hôte et un microbiote oral dysbiotique....
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion des complications biomécaniques et biologiques en implantologie

OBJECTIF Alors que la pose d’implants s’est largement démocratisée, le nombre de complications biologiques ou biomécaniques associées présente une prévalence...
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Reconstruction d’un plancher sinusien dans un but implantaire à l’aide d’un substitut osseux : séquence chirurgicale

RÉSUMÉ La découverte d’une communication bucco-sinusienne nécessite une prise en charge spécifique en chirurgie pré implantaire. Il convient en effet...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Accroissement gingival d’origine médicamenteuse : et si le traitement étiologique suffisait ?

RÉSUMÉ Devant l’augmentation continue des prescriptions médicamenteuses, la gestion de leurs effets secondaires implique une coopération entre professionnels de santé,...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Treponema denticola

Résumé Treponema denticola est une bactérie anaérobie du microbiote buccal symbiotique, impliquée dans la parodontite. Elle est capable d’envahir les tissus...