Covid-19 : des praticiens lancent une pétition pour que la CARCDSF soutienne financièrement la profession

  • Publié le .

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire
Information dentaire

« Nous payons en moyenne 15 000 euros à la CARCDSF chaque année depuis 28 ans soit 420 000 euros en moyenne par praticien en activité jusqu’à ce jour ! Qu’attendez-vous pour assumer une partie de cette situation de crise avec l’argent que nous vous avons versé avant que notre argent profite à d’autres ? », demandent les signataires d’une pétition mise en ligne hier 👉 https://bit.ly/2UYIe2R

« Nous avons eu l’obligation de fermer jusqu’à nouvel ordre et chacun trouve normal de nous demander d’assumer les conséquences de décisions qui ne nous incombent pas. Même si nous avons pu suspendre le prélèvement de nos charges URSAFF, impôts… nous devrons à un moment donné régler l’ensemble de nos dettes et continuer de payer les salaires de nos salariés et les charges qui n’ont pu être suspendues », écrivent-ils.

Ils souhaitent donc que les cotisations versées à la caisse de retraite soient redistribuées pour « pouvoir continuer à faire vivre nos cabinets et nos salariés, ainsi que ceux qui les dirigent » avant la fusion de la caisse avec d’autres caisses dans le cadre de la réforme des retraites. Ils réclament également « l’annulation de nos cotisations pour 6 mois ».

L’Union Dentaire et la FSDL demandent aussi le soutien de la Caisse
Dans un communiqué du 31 mars, Franck Lefevre, le président de CARCDSF, avait indiqué que celle-ci n’avait pas  « vocation à compenser les dommages économiques causés à nos professions par la pandémie ». Ils répondait à l’Union Dentaire, qui la veille, demandait à la Caisse d’utiliser ses réserves financières (estimée par l’UD à 2 milliards d’euros) pour le versement « d’indemnités journalières pour l’ensemble des confrères qui ont été amenés à fermer leur cabinet sur injonction du Conseil National de l’Ordre » mais aussi d’annuler « toutes les cotisations non prélevées ».

L’UD a répondu à la caisse, chiffrant ses propositions. Si les cotisations ne sont pas appelées pendant la durée du confinement et le mois après la reprise de l’activité en générant les droits y afférent « cela représente un montant de 1500€ par praticien ce qui fait un total d’environ 52 millions € par mois pour la prise en charge des cotisations de nos consœurs et confrères », explique l’UD le 31 mars. Et si la caisse verse des Indemnités Journalières durant la période de confinement de 130 € « la dépense mensuelle sera donc d’un peu moins de 140 M€ pour 3900 € par praticien ». Au total, les mesures préconisée par le syndicat représenteraient un coût « de moins de 200 millions d’euros par mois de confinement ».

LA FSDL demande elle aussi le 31 mars « l’abandon des 6 prochains mois de cotisation ». « Un tel effort ne mettra pas en péril la saine gestion de notre caisse de retraite et permettra d’éviter des catastrophes économiques ayant elles-mêmes des répercussions bien plus durables sur notre caisse de retraite », estime le syndicat.

La CARCDSF doit réunir son bureau en visioconférence ce jeudi 2 avril. Un conseil d’administration exceptionnel se tiendra la semaine prochaine.

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire

Commentaires

Laisser un commentaire