Covid-19 : la CARCDSF n’exclut pas de prendre d’autres mesures « si la crise perdure »

  • Publié le .

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire
Information dentaire

Dans l’émission « Questions expresso avec l’ADF » du 10 avril, Frank Lefèvre, le président de la CARCDSF est venu apporter quelques précisions sur les annonces de la veille (voir l’émission 👉 https://bit.ly/2JTc7fw). Le conseil d’administration de la caisse de retraite a en effet adopté le 9 avril à l’unanimité de ses 20 membres « mais après de longues discussions » deux mesures importantes :

Le versement une aide de 4 500 euros à chaque praticien affilié, versée en trois fois d’avril à juin 2020. « Elle sera également versée aux praticiens en cumul emploi/retraite et ceux en précontentieux ou en contentieux ayant un plan d’apurement de leur dette » a-t-il précisé. N’en bénéficient pas : les cotisants en invalidité temporaire ou permanente, les conjoints collaborateurs et les praticiens en contentieux sans plan d’apurement de leur dette.

Pour permettre le versement de ces aides, le fonds d’action sociale de la Caisse a été doté de 166 millions d’euros prélevés sur les réserves de la caisse. « Théoriquement ces 4 500 euros sont défiscalisés et sans charges sociales, selon Frank Lefèvre. Bercy pourrait réfléchir autrement mais le risque est minime ». L’opération se fait avec l’accord « tacite » de la Direction de la sécurité sociale.

La suspension des cotisations pour 6 mois (avril, mai, juin, juillet, août et septembre). Leur règlement sera étalé sur un an à partir de juillet 2021. « L’annulation pure et simple des cotisations n’était pas possible, assure Frank Lefèvre. Parce que notre tutelle s’y serait opposée et parce que cela aurait obéré notre régime sur le long terme. Les praticiens n’ont pas besoin de cadeau mais d’aide ».

Ces deux mesures seront automatiquement appliquées pour celles et ceux qui sont en prélèvement automatique. « Ceux qui font des virements ou envoient des chèques devront nous donner leurs coordonnées bancaires. Ils devront patienter car cela demande de modifier notre site internet ce qui prendra un peu de temps compte tenu de la situation actuelle, explique le président de la Caisse. Nous les préviendrons ».

Enfin, Frank Lefèvre l’assure : « si la crise perdure, nous n’excluons pas de prendre d’autres mesures. Pour le moment nous sommes la seule caisse de retraite d’une profession libérale à avoir pris des mesures si importantes ».

 

 

 

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire

Commentaires

Laisser un commentaire