Covid19 : les chirurgiens-dentistes doivent pouvoir tester tous les patients, selon la SOP

  • Publié le .

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire
Information dentaire

En équipant les chirurgiens-dentistes de tests salivaires et sérologiques « les pouvoirs publics ont l’opportunité de s’appuyer sur la profession pour lui confier une mission de dépistage à visée préventive », estime la SOP (Société odontologique de Paris) dans une lettre ouverte au Président de la République publiée le 24 mars.

En reprenant leurs activités à partir du 11 mai, les chirurgiens-dentistes vont se retrouver en première ligne. Ils pourraient ainsi recueillir les données épidémiologiques et les partager (via le réseau ReCOL par exemple). « Le risque de contamination des personnels soignants (praticiens et assistant(e)s) et le risque de contamination croisée des populations seraient ainsi prévenus, estime la société savante. En le faisant savoir, la confiance des patients sera restaurée, une normalisation de l’exercice professionnel sera accélérée (…) et des emplois maintenus ».

Acte dépistage soit intégré à la CCAM
Reste la question des tests qui sont toujours en cours d’étude en France. « Le test salivaire EasyCov et les tests RT-LAMP, dont la fiabilité a été prouvée, permettent d’obtenir un résultat en quinze à trente minutes environ, un délai compatible avec notre champ d’activité de soin », indique la SOP. Elle appelle donc les pouvoirs publics à ce que ces tests, « lorsqu’ils seront validés et mis sur le marché », soient à la disposition des chirurgiens-dentistes « en priorité » et que l’acte de dépistage soit intégré à la CCAM pour être pris en charge par les caisses d’assurance maladie et les mutuelles.

Vous pouvez signer la lettre de la SOP ici 👉 (Ne soignons pas en aveugle #niapoilniaveugle)

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire

Commentaires

Laisser un commentaire