Une épidémie de fake news…

  • Publié le .

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire
Information dentaire

Elles fleurissent, se propagent, se diffusent, courent follement…
Voici quelques fake news mises à mal…

• Non, le coronavirus COVID-19 n’a pas été créé (ni breveté) aux États-Unis ! À l’origine de cette rumeur, la copie d’un brevet déposé aux États-Unis en 2007, brevet sur une souche humaine de coronavirus (SRAS), qui arriverait à expiration le 23 janvier 2020 ! D’où la porte ouverte à un délire complotiste selon lequel les États-Unis auraient tout intérêt à lancer un vaccin anticoronavirus avant que le brevet n’expire. Voire en pleine épidémie…

• Non, le COVID-19 n’est pas sorti du laboratoire P4 de virologie accrédité par la France en 2017. La Direction générale de la santé (DGS) a dû indiquer qu’« aucun élément ne permet d’accréditer les allégations liant la crise sanitaire en cours à l’existence à Wuhan d’un laboratoire P4 ». Et puis, sur le fond, la séquence virale, au-delà de son analogie à 80 % avec le Sras-COV, présente 96,3 % de similitude génomique avec la séquence du BatCoV RaTG13. Ce qui en fait un virus circulant et non le fruit d’une récente recombinaison, a fortiori de laboratoire.

• Non, le coronavirus n’est pas transmis par la nourriture chinoise, rumeur si virulente que beaucoup d’établissements en France se sont vidés de leur clientèle. Lorsque les mets sont cuits, notamment la viande, les coronavirus ne résistent pas à la température de la cuisson. Même si, concernant les voyageurs ou transits dans les zones touchées par le virus, le ministère recommande tout de même d’éviter tout contact avec des animaux, vivants ou morts ; de se rendre sur les marchés où sont vendus des animaux vivants ou morts ; de consommer la viande non ou peu cuite.

• Non, il n’y a pas de risque avec les colis envoyés de Chine. Beaucoup de consommateurs achètent en ligne des produits venant de Chine. « Compte tenu des temps et conditions de transport avec la Chine, le risque d’être infecté par le nCoV en touchant un objet importé de Chine est considéré comme extrêmement faible », confirme le ministère de la Santé. Très peu d’articles démontant ces fake news précisent au passage que les coronavirus sont sensibles à l’hypochlorite de sodium à 0,1 %, aux composés organochlorés à 0,1 %, à l’éthanol à 70 % et au glutaraldéhyde à 2 %

• Non, aucune modélisation ne permet à ce jour de miser sur des millions de cas comme le font nombre d’internautes, sans doute avec une simple règle d’écolier.

Source : Pr Gilles Pialoux, Service d’infectiologie, hôpital Tenon-AP-HP. « COVID-19 : les fausses informations courent aussi vite que le virus ». La lettre de l’infectiologue, Edimark Santé, 29/2/2010 ; L’Information Dentaire n° 11 du 18/3/2020.

 

A consulter également

• World Health Organization. Coronavirus disease (COVID-19) advice for the public : Myth busters. https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/myth-busters
• Inserm. “Fake news” et désinformation autour du coronavirus SARS-CoV2. https://presse.inserm.fr/fake-news-et-desinformation-autour-du-coronavirus-sars-cov2/38324/
• Santé magazine. Coronavirus 2019-nCoV : gare aux fake news et à la désinformation. https://www.santemagazine.fr/actualites/actualites-sante/coronavirus-2019-ncov-gareaux-fake-news-et-a-la-desinformation-431877
• Ministère des Solidarités et de la Santé. Coronavirus COVID-19. https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladiesinfectieuses/coronavirus/coronavirus-questions-reponses

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire

Commentaires

Laisser un commentaire