L’Union Dentaire propose un supplément de 72 € « temps et EPI crise sanitaire » par séance de soins nébulisants

  • Publié le .

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire
Information dentaire

Alors que la première réunion de la Commission paritaire nationale se tiendra le 12 juin avec les syndicats signataires pour adapter la convention dentaire à la crise de la Covid-19, l’Union Dentaire lance, le 28 mai une proposition chiffrée : un supplément de 72 euros dit « temps et EPI crise sanitaire » lors de la réalisation d’un ou plusieurs actes techniques à effet aérosol au cours d’une même séance de soins.

Ce supplément, calculé en fonction des coûts horaires moyens des cabinets dentaires et des coûts actuels des EPI, serait rétroactif s’appliquant depuis la réouverture des cabinets le 11 mai. « Il est la juste compensation économique de la crise que subissent les cabinets dentaires pour mettre en application, à chaque séance de soins, les bonnes pratiques recommandées par la HAS, notamment le temps préconisé pour l’aération entre chaque patient », selon l’UD qui envisage que ce supplément soit acté dans la nomenclature pour être réactivé si d’autres crises sanitaires survenaient.

Sans chiffrer précisément leurs demandes, Les CDF avaient, le 19 mai souhaité, un forfait au « titre de la maîtrise du risque infectieux » ainsi qu’une majoration sur certains actes. Le syndicat souhaite également une participation des complémentaires santé sur les paniers libres et modérés et la mise en place de la téléconsultation dentaire pour libérer du temps pour les actes priorisés (https://bit.ly/3esrLMi).

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire

Commentaires

Laisser un commentaire