Les yeux doux du ministre, mais toujours pas de masques en masse pour l’après 11 mai

  • Publié le .

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire
Information dentaire

Dans un courrier adressé aux représentants de la profession (ordre, syndicats, ADF) le 20 avril, le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la mise à disposition de 150 000 masques FFP2 supplémentaires d’ici au 11 mai pour « soutenir les nouvelles ouvertures de cabinet décidées pour prendre en charge les urgences ». Il indique également avoir demandé à l’Assurance maladie « d’examiner sous quelles conditions il est possible de reconnaître des actes de télémédecine pour les chirurgiens-dentistes ».

Il confirme, enfin, que le dispositif d’aide financière de l’assurance maladie (compensation des charges) à destination de chaque praticien pourrait être effectif début mai. « Il ne serait pas convenable que notre système de santé souffre une nouvelle fois après la crise, du fait de fermetures économiques de cabinets », explique-t-il.

Et pour l’après 11 mai ? Rien de concret. Des réunions de « concertation » sont programmées au ministère avec les représentants de la profession et l’assurance maladie pour définir le fonctionnement des cabinets et « la mise en œuvre des indispensables mesures de protection pour les chirurgiens-dentistes, leurs collaborateurs, et bien sûr les patients. »

Pour le reste, le ministre fait les yeux doux. Il témoigne de son « immense gratitude » à l’ensemble des praticiens qui « dans ce contexte si particulier, se sont fortement impliqués, par le respect des règles de confinement tout d’abord et en faisant le choix de réduire l’activité aux seuls soins urgents ». L’organisation territoriale mise sur pied par la profession est « exemplaire, de même que le numéro d’appel national dédié ». Il sait « l’effort consenti par chacun d’entre vous et la mobilisation dont vous faites preuve par ailleurs, que ce soit au travers de la réserve sanitaire ou de la mutualisation d’équipements ». Du miel, c’est déjà ça. Mais pas de masque ni d’EPI.

Lire le courrier 👇

Cet article fait partie du dossier : Covid-19

  • Sous l'égide de L'information Dentaire

Commentaires

Laisser un commentaire